Accueil |
Accueil > Patrimoine > La faune > Oiseaux hivernants > Un pêcheur rare sur la Réserve !
Un pêcheur rare sur la Réserve !

Il n‘utilise ni canne à pêche ni filet, et ne se sert que de ses serres spécialement adaptées à la capture des poissons, car il s‘agit bien d‘un oiseau dit ‘rapace‘ : Le Balbuzard pêcheur (Pandion heliaetus) !

D’ une envergure d’environ 1,55 mètres, des ailes anguleuses, blanc vu de dessous et brun foncé vu de dessus, sa tête, plutôt pâle, est traversée de chaque coté par un large trait noir caractéristique. Il pèse en moyenne de 1,2 kg pour les mâles jusqu’à 1,6kg pour les femelles. Comme chez de nombreuses espèces de rapaces, les femelles ont une taille supérieure à celle des mâles, permettant ainsi au couple d’avoir un plus large éventail de proies : les femelles pouvant capturer des proies de taille supérieure à celles des mâles, cette complémentarité est bénéfique au couple et à ses jeunes. Il se nourrit presque exclusivement de poissons dont les tailles varient de 200 grammes jusqu’à, plus exceptionnellement, 1 kilogramme. Sa méthode de capture est la suivante : il prospecte, en alternant vol battu et plané, son territoire de pêche et lorsqu’ un poisson est repéré, il effectue un vol stationnaire suivi d’une attaque en piqué qui l’amène à s’immerger parfois totalement. Le poisson s’il est capturé est alors consommé sur un point haut, arbre ou sur un rocher selon le lieu.

Espèce rare et menacée, du fait de la dégradation des milieux aquatiques et de la diminution de ses proies, le Balbuzard est une espèce indicatrice de la richesse en poissons des milieux naturels. Sa place au sommet de la chaîne alimentaire le rend très vulnérable face aux pollutions qu’il concentre dans son organisme par bio-accumulation (addition des doses contenues dans chaque proie consommée). Si la plupart des Balbuzards se reproduisent en Scandinavie et en Ecosse, quelques couples nichent en France : Corse principalement, et récemment en région Centre. Du fait des rigueurs hivernales, les populations nordiques migrent par la France chaque automne et printemps pour hiverner en Afrique.

C’est ainsi que sur la réserve, régulièrement de la mi-août jusqu’à la fin septembre, et parfois en mars-avril, on observe quelques sujets. Ils y effectuent une halte migratoire pendant laquelle ils reconstituent leurs réserves énergétiques indispensables à la poursuite de leur périple. Les poissons qui viennent s’alimenter dans les prés salés lors de chaque marée haute, notamment les mulets, nagent prés de la surface de l’eau, offrant ainsi au Balbuzard des proies à la fois abondantes et accessibles. Depuis peu, une dizaine d’individus hivernent en France (source LPO) et pour la première fois dans la réserve naturelle un individu a été observé, les 23 et 26 novembre 2009 et 12 janvier 2010 (F. Jouandoudet et R. Chapelle). L’oiseau observé en janvier était muni d’une bague orange, posée juste avant son envol du nid, dans le centre de la France. Il s’agirait donc d’une jeune femelle issue de la population Française : Cocorico ! Ce balbuzard a été également observé entre la réserve naturelle de l’étang de Cousseau et le Nord du bassin d’Arcachon, ce qui indiquerait un territoire hivernal relativement vaste. Cela pourrait s’expliquer par une moindre accessibilité des poissons en hiver, obligeant le Balbuzard pêcheur a utiliser un territoire de pêche plus étendu pour subvenir à ses besoins alimentaires. Rendez vous en hiver 2010/2011 pour confirmer ce cas d’hivernage et revoir le Balbuzard pêcher dans les prés salés !

Jerôme Allou / Franck Jouandoudet

Association ARPEGE
Esplanade Georges Dartiguelongue
33740 Arès


Plan du site - Informations légales - Développement : Netis - Site Réalisé avec Spip